Devenez membre ou faîtes un don aujourd'hui :

Soutenir Viva Terra
celui qui plante un jardin plante le bonheur

accueil

Août 2011

"Seeds of rehabilitation"

Cet article (dont le titre peut être traduit par Graines de réhabilitation) a été publié en août 2011 dans la revue The Garden, le journal de la RHS (Royal Horticultural Society).

PDF - 558.6 ko
"Seeds of rehabilitation" (The Garden, août 2011)
JPEG - 61.3 ko


Il aborde la question de la place de l’hortithérapie dans la vie des prisonniers. Il faut avoir un emploi pour être intégré et considéré dans notre société. Ainsi les anciens détenus sont souvent condamnés, dans les faits, à une sorte de seconde peine : celle du chômage. Une situation qui risque de les emporter dans la spirale de l’exclusion, voire de la récidive.

Or, rien n’existe pour encourager l’embauche à la sortie de prison. Il est d’autant plus nécessaire de donner aux détenus, pendant leurs années de peine, un encadrement qui puisse augmenter leurs chances de réinsertion. La pratique du jardinage en commun est un outil à disposition pour parvenir à ce but. Elle permet la sociabilisation par un travail collectif et l’acquisition de compétences.

L’association vivaterra a souhaité s’investir dans l‘installation de jardins dans le périmètre des prisons. Des jardins à cultiver par les détenus accompagnés d’un professionnel spécialement formé à cet effet. Car ses membres sont convaincus que le travail de la terre peut largement contribuer à améliorer la santé physique et psychosociale, ainsi que le niveau futur d’employabilité des prisonniers.