Devenez membre ou faîtes un don aujourd'hui :

Soutenir Viva Terra
celui qui plante un jardin plante le bonheur

accueil

Qu’est-ce que l’hortithérapie ?

L’hortithérapie ou thérapie par l’horticulture (Horticultural Therapy en anglais ) est pratiquée surtout au Canada, aux USA, en Grande Bretagne et en Suède, mais jusqu’ici très peu en Suisse. Cette pratique s’appuie sur le jardinage pour stimuler tous ceux qui ont besoin d’être encouragés à progresser vers un mieux-être physique ou psychologique.

L’hortithérapie peut également être utilisée comme outil de réinsertion sociale. Une vague récente d’intérêt et l’augmentation des activités de jardinage dans des programmes de santé ont conduit à la création de nouveaux termes pour désigner ces activités :

Cette approche novatrice et singulière de la relation d’aide favorise :

JPEG - 69.2 ko

Le jardinage est également une excellente activité à pratiquer avec des jeunes, souvent prisonniers d’une recherche de l’immédiateté. Au jardin, cultiver exige aussi d’attendre que les plantes poussent. Ce délai obligatoire constitue en soi une « thérapie » face à la « société du zapping » en perpétuel mouvement, où le résultat et le succès doivent être immédiats ou ne pas être. Le jardin permet de renouer avec les cycles du temps, des saisons et de l’attente.

Pour accompagner cette démarche auprès de la jeunesse, certains ergothérapeutes, des aides soignants ou assistants sociaux, cherchent à compléter leurs connaissances par une formation continue en hortithérapie.

Afin de mieux connaître l’hortithérapie et de la reconnaître en tant que thérapie non médicamenteuse auprès des institutions, il est important, non seulement d’évaluer cette action thérapeutique pour l’intégrer dans des programmes de soins, mais aussi de continuer à communiquer avec le public sur ses bienfaits et sur les avancées de la recherche dans ce domaine. En effet, dans les pays qui connaissent l’hortithérapie depuis de nombreuses années, des institutions comme AHTA (American Horticultural Therapy Association), Thrive (UK) , CHTA (Canadian Horticultural Therapy Association), effectuent des recherches, proposent des programmes éducatifs, et des informations concernant le jardinage ou l’existence du jardin lui-même, comme thérapie.

vivaterra s’est donné comme but de favoriser le recours à l’hortithérapie en Suisse, où elle n’est encore que très peu connue. Dans ce but, l’association a l’ambition de contribuer à la création de jardins thérapeutiques dans des institutions fermées, telles que les hôpitaux, les maisons de retraite ou les prisons. vivaterra veut également devenir un lien entre les personnes intéressées à titre privé ou professionnel en Suisse et les centres de recherche, afin de faciliter l’accès aux informations concernant cette pratique.

Un outil de soins complémentaires à des soins classiques

JPEG - 73.1 ko

Ces dernières années en effet, une prise de conscience des bienfaits que procurent les plantes et les jardins, ainsi que leur interrelation avec l’homme, s’est intensifiée. Au cours de l’évolution, les hommes, pour se soigner, utilisèrent très tôt les ressources présentes dans leur environnement naturel.

Dès le Moyen-âge, les plantes médicinales (ou « simples ») furent employées comme remèdes, avant l’apparition des méthodes scientifiques et des médicaments. Aujourd’hui, le jardinage devient lui-même un outil de soin, et le jardin un médiateur permettant de « travailler » des pathologies différentes, notamment les troubles de la communication comme l’autisme ou la maladie d’Alzheimer. Le jardinage, et le soin apporté à un jardin, deviennent pour ces personnes fragilisées un acte vecteur de mieux-être, complémentaire aux soins classiques.

L’élaboration d’un jardin thérapeutique n’a pas besoin d’être pharaonique. Il est souvent d’une taille modeste, conçu en fonction de la place et des fonds à disposition, et de l’éventuelle collaboration de bénévoles. Une présence très positive dans certaines circonstances, puisque ce partage encourage la mixité sociale.

Pour garantir une certaine réussite, il est important que les équipements, les plantes et les activités choisies soient bien adaptés aux usagers et à leur handicap. Raison pour laquelle l’association vivaterra propose également un conseil dans la conception du futur jardin, l’acquisition de mobilier adapté et la formation du personnel appelé à encadrer cette activité.

JPEG - 50.6 ko